Aspects de la représentation

Colloque jeunes chercheurs, Lyon 2004
CPER "Représentationnalisme", ENS-LSH

Phillippe Vellozzo
Conscience et accessibilité

Ph. Vellozzo est en thèse à l'EHESS et est doctorant de l'IJN.

Résumé

La conscience et la subjectivité font l’objet d’investigations scientifiques sérieuses depuis une vingtaine d’années. On peut schématiquement distinguer deux grands types d’approche : les approches computationnelles et les approches biologiques. Les premières s’intéressent essentiellement au rôle fonctionnel global que remplit la conscience dans l’activité cognitive d’un sujet (pas forcément humain), tandis que les secondes se concentrent sur la recherche des corrélats neuronaux des états conscients. Ned Block a convaincu nombre de philosophes et de chercheurs que le concept ordinaire de conscience est un concept hybride, qui unit artificiellement au moins deux concepts indépendants : la conscience phénoménale et la conscience d’accès (Block, 1997, 2002). Si ils ont raison, toute tentative pour assigner une fonction cognitive précise à « la conscience » est vouée à l’échec, parce qu’il n’existe a priori rien de tel que « la conscience ». Une autre conséquence est que les approches computationnelles et les approches biologiques ne sont pas vraiment des approches concurrentes puisqu’elles ont pour objet deux phénomènes différents. Néanmoins, on peut très bien accepter la distinction entre la conscience phénoménale et la conscience d’accès sans accepter leur indépendance, et si les deux concepts ne sont pas indépendants, alors on n’a pas le droit de conclure qu’il n’existe a priori rien de tel que « la conscience ». Je vais essayer de montrer que si un état mental peut être conscient au sens de la conscience phénoménale sans l’être au sens de la conscience d’accès, l’inverse n’est pas vrai. La conscience d’accès est aussi phénoménale, car « la conscience », fondamentalement, c’est la conscience phénoménale.

Texte de la communication

Ph. Vellozzo, Conscience et accessibilité

Le résumé et le texte de cette conférence est copyright Ph. Vellozzo.